[Compte-rendu - Les événemanquables] StoryCodeBdx

05/01/2017 par .
Storycodebx by Les événemanquables

Immersion au cœur des écritures interactives #StoryCodeBdx Les rédacteurs : Marine Da Fonseca, Justine Contant, Sasha Rossignol, Nikita Iakimov, Mathilde Dossun Master 1 Communication des organisations – Université Bordeaux MontaigneSpécialité « Consulting & expertise en communication » & « Stratégies et politiques de communication »L’évènement StoryCodeBdx fêtait ses deux ans cette année avec pour thème « Ecritures interactives : décryptage ». La conférence s’est déroulée le lundi 17 octobre, rue Mably à Bordeaux, dans le cadre du Festival International du Film Indépendant (FIFIB).

Le Storycode : histoire de l’événement

Storycode est une association qui réunit des professionnels des médias (auteurs, réalisateurs, producteurs, game-designers...) autour des sujets des nouveaux médias et des nouvelles écritures. Initialement constituée à New-York et à Paris, elle a vu le jour en 2015 à Bordeaux grâce au Cluster Aquitain Transmédia Storytelling.

Pour cette deuxième édition, c’est dans le cadre du FIFIB que nous avons pu assister à la conférence de StoryCodeBdx, le 17 octobre 2016.

Deuxième édition : qu’en est-il des écritures interactives ?

Le Village du FIFIB : lieu d’accueil de la conférence StoryCodeBdx2

14971541_10209764516584090_2055881710_o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’entrée du Village du Festival, Cours Mably.

 

Quelques mots sur le FIFIB

Le Festival International du Film Indépendant de Bordeaux, dit FIFIB, soutient le cinéma indépendant mondial et met en avant des formes d’indépendances : l’esprit, la liberté de création et l'innovation.
Il poursuit un seul et même objectif : celui de mettre en première ligne durant quelques jours l’indépendance d’esprit et la liberté de création et d’innovation tout en ne répondant à aucun critère.

Le projet a pu voir le jour grâce à l'association "Semer le doute" qui a su, depuis cinq ans, réunir spectateurs et créateurs dans un lieu d’échanges et de rencontres et créer ainsi une programmation transdisciplinaire avec la présence de représentants réputés du cinéma mondial, d’artistes contemporains et de musiciens venus défendre les formes d’indépendance dans la ville préférée des français.

Parmi ces pionniers de l’indépendance et ces nouveaux talents, on distingue : Olivier Assayas, Roman Polanski, Arnaud Desplechin, Céline Sciamma, Nathalie Baye, Abdellatif Kechiche, Jonathan Caouette, Valeria Golino, Abel Ferrara, Zombie Zombie, Flavien Berger, Rebecca Zlotowski, Philippe Katerine, Bertrand Burgalat et bien d’autres.

StoryCodeBdx : la conférence

Lors de la conférence du 17 octobre, quatre spécialistes du numérique nous ont présenté leur utilisation de l’interactivité dans leurs domaines de compétences.

 

L’interactivité comme réinvention de la narration par Benjamin Hoguet

14958070_10209764530464437_573709100_o

Benjamin Hoguet est l’auteur d’une série d’ouvrages : La narration réinventée. A travers une présentation, il nous a fait part de sa propre définition du lien entre la narration et l’interactivité.

Il explique dans un premier temps que la narration permet de faire comprendre les choix des personnages et rend l’histoire omniprésente, quant à l’interactivité elle donne au public la possibilité de trouver sa place et faire ses propres choix. En intégrant le public dans ses explications ce dernier a donc pu mieux comprendre quels étaient les enjeux de l’interactivité et de la narration.

Par la suite, l’auteur définit dans sa globalité ce qu’est l’écriture interactive : « C’est un processus créatif plus exigeant dans un monde d’incertitude, une véritable arme de plus pour s’exprimer envers un public qui provoque une empathie pour des personnages avec qui l’on échange ». L’objectif est de donner une autre représentation du réel à travers nos choix et déclencher d’autres formes d’émotions.

 

Scénario et jeu vidéo par Nicolas Canasse

14963485_10209764534504538_470284761_o

Nicolas Canasse est le fondateur du studio Shira Games qui a réalisé le jeu vidéo « Evoland ». Ce dernier est un jeu d’action et d’aventure où le graphisme change selon l’époque dans laquelle le joueur se trouve. L’aspect gameplay est très présent car il existe différentes séquences : les joueurs vont parfois diriger un vaisseau mais aussi résoudre des énigmes.

Lors de son intervention, Nicolas Canasse nous a fait part d’une réflexion autour des ressorts narratifs des mécaniques de jeux et notamment sur la notion de choix.

Le scénario va évoluer selon les choix du joueur mais il va falloir trouver des stratégies afin de limiter le nombre de choix tout en faisant penser au gamer que sa décision va avoir un réel impact sur la suite de l’histoire. Peu importe son choix, la finalité doit rester cohérente afin de garder la confiance du joueur. En d’autres termes, le jeu doit être vécu comme une expérience à part entière.

 

L’interactivité comme processus de création par Igal Kohen

14971521_10209764531024451_59444979_o

Igal Kohen est un jeune professionnel aux casquettes multiples. Après avoir débuté sa carrière professionnelle comme monteur de publicités et de films d’entreprise, Igal Kohen a évolué en tant que réalisateur. Aujourd’hui,ce créatif est « producteur nouveaux médias », « enfin, je crois que c’est comme ça qu’on dit maintenant » au sein de la société de production PIW! dont il est le fondateur. Une société de production à son image, évoluant dans le monde de l’audiovisuel et centrée sur ce qui lui plait vraiment : le documentaire. Webdocumentaire, projets participatifs, fiction, court-métrage, long métrage, Igal Kohen développe un nouveau style d’écriture et produit ainsi des histoires variées mêlant narration et interactivité. Son but ? « Faire des documentaires interactifs, faire participer les gens, faire des spectateurs, des internautes, des joueurs… des entités agissantes ».

Ce nouveau genre lui permet d’ancrer son activité à un niveau international, et de positionner PIW ! comme un modèle de production audiovisuelle et interactive. Revenons sur son parcours...

Son œuvre, ses projets

En 2010, Igal Kohen réalise « Une Oasis sur la colline », un webdocumentaire de 12 minutes sur un village Israélien où vivent des familles juives et arabes. Ce webdocumentaire fonctionne comme un DVD avec des bonus, il permet d'afficher la biographie des personnages, par exemple. Il s'agit des débuts du documentaire interactif.En 2012, Igal Kohen développe une websérie documentaire avec un jeu, baptisée « L'autre élection ». C'est une manière plus sophistiquée de mêler narration et interaction. Cette « websérie feuilletonnante » déclinée en six épisodes présente les élections en Papouasie Nouvelle-Guinée, un pays corrompu. Il est également possible d’accéder à des bonus et des informations supplémentaires grâce à des mini-jeux. Les médias français ont relayés l’élection en Papouasie Nouvelle-Guinée pendant les élections françaises, c'est donc un pari gagné pour notre jeune producteur.

« Connected Walls » est un documentaire participatif qui tente de dépasser les frontières entre le Mexique et les États-Unis et le Maroc et l'Espagne. Le défi est de faire co-réaliser des documentaires courts sur des thèmes imposés par des internautes, à deux équipes de tournage, chacune d'un côté du mur. Les thèmes sont variés, ils traitent des relations amoureuses, des femmes ou des problèmes de l'eau. Le but est que les individus puissent s'interroger sur ces problématiques.

Igal Kohen insiste alors sur le fait que pour inclure la société et pour exister, il faut mettre en place une véritable machine de communication. Or entre le manque de financement et de budget et les diffuseurs de moins en moins présents, faire du web documentaire en France devient compliqué.

Depuis 2014, Igal Kohen veut produire de la fiction et trouver une façon de mêler le cinéma et les jeux vidéo. Le jeu « Anirnic » qui mélange le film et le jeu est en projet.

L'histoire se déroule dans le Grand Nord Canadien et raconte l'enquête d'une journaliste sur l'expédition Franklin. Lorsqu'elle se rend sur le lieu de la disparition du bateau, on passe en mode jeu avec une vue en 3D où on voit les silhouettes des joueurs sur lesquelles on peut agir. Le joueur se retrouve donc au milieu du jeu, il est alors une entité agissante qui peut interagir avec l'environnement pour faire évoluer le destin du personnage.

C'est l'histoire qui permet le mélange entre la narration et l'interaction. Le but ici, est de faire découvrir le rôle de l'esprit et de comprendre qui on est pour pouvoir interagir sur les âmes. Plusieurs obstacles apparaissent toutefois Donner envie aux spectateurs d'agir sur l'histoire alors qu'il est attentif au film est un véritable défi. Le fait que ce projet soit vendu comme un jeu est un autre obstacle majeur car le joueur ne s'attend pas à découvrir un aspect cinématographique. Igal Kohen réalise donc une étude de marché afin d'analyser comment ce projet peut être reçu par le public.

L'intervention de Igal Kohen durant le StoryCode de Bordeaux permet donc de comprendre le rôle des écritures interactives et les diverses formes qu'elles peuvent prendre.

L'interactivité est un moyen de faire passer des messages au sein de la société, de faire réfléchir à des problématiques actuelles et d'intégrer les individus à de multiples formes de narrations.

 

Entre jeu et cinéma par Sophie Becam

Sophie Becam, game-designer, présente à travers son jeu « Life is Strange », la façon dont elle et l’équipe de créateurs ont souhaité introduire, par ce jeu vidéo, des problématiques des temps modernes. Nous pouvons donc retrouver dans le jeu des sujets qui sont encore à ce jour sensibles voire tabous, comme la pression sociale, le suicide, la drogue et la violence au sein des jeunes générations.

Le jeu se construit de façon à inciter le joueur à faire des choix qui vont avoir des conséquences sur les évènements tout au long des épisodes du jeu. La game-designer rappelle à son auditoire que « la volonté principale de Life is Strange est de mettre le joueur face à un acteur pour qu’il assume ses choix ».

 

Life is strange : interactivité et narration
14963454_10209764535304558_161764541_o

Sorti en janvier 2015, “Life is Strange”, jeu d’exploration et d’aventure en cinq épisodes, a touché toutes les tranches d’âge, les joueurs comme les amateurs.

Focalisé sur une enquête sur la disparition de Rachel Amber, le premier épisode du jeu campe la relation entre les deux personnages : Max et Chloé. Le joueur incarne Max, jeune étudiante introvertie qui suit des cours de photographie. Très différente de Max, sa copine rebelle Chloé refuse l’autorité.

Le jeu articule des histoires de violences, de tensions sociales, les multiples facettes des personnages dans le campus comme dans la ville d’Arcadia-Bay. Cet épisode se centre sur un thème qui est assez fort : une enquête sur la disparition de Rachel Amber. Le joueur, acteur, est amené à faire des choix, c’est ce qu’on appelle “l’effet de Papillon”. Ce dernier revêt deux types de choix pour le joueur : 1) “Major-choice” (choix nuancé) qui a de grandes conséquences immédiates sur le déroulement de l’histoire, 2) “Minor-choice” – susceptible d’être corrigés.

La narration se base sur un script original, découpé en cinq épisodes, eux-mêmes découpés en scènes. Chaque scène a des objectifs narratifs : même s’il y a une possibilité de revenir dans le temps, le joueur doit assumer ses choix.

Dans l’épisode 2, Kate, amie de Max et victime de cyberbulling, veut se suicider. C’est au joueur d’essayer de comprendre et de guider Kate…S’il parvient à la sauver, Kate l’aidera dans les prochains épisodes en lui donnant des indices et des bonus.

D’après Sophie Becam, l’équipe des concepteurs a privilégié le travail scénographique et la résonnance émotionnelle du scénario, pour créer un univers à la fois crédible et impliquant. L’utilisation de choix et conséquences fait de ce jeu une œuvre très immersive et personnelle.

 

La Revue Far Ouest, entre journalisme et documentaire

14923998_10209764535264557_1726242464_o

Pour clôturer cette deuxième édition du StoryCodeBdx, la Revue Far Ouest, qui verra le jour en 2017, a été présentée aux participants. Ce projet innovant a pour but de faire découvrir la région du Sud-Ouest à travers des feuilletons par le biais d’un média web. Plus d’informations seront disponibles courant 2017 sur le site web dédié « revue-farouest.fr ».

-

 

Découvrez l'essentiel des rencards tech 2016 par AEC et l'ISIC Master Com :

EnvoyerEnvoyer Share